Accueil du site de l'Institut Supérieur des Métiers

Avec le soutien de :

MEIEDGCIS

Diagnostic des besoins de formation

L’ISM assure la conduite du diagnostic des besoins de formation des organisations de l’Artisanat. Il recommande pour les élus concernés des parcours individuels s’intégrant dans une stratégie, pouvant s’organiser en modules de formation répondant à des besoins personnels et/ou en modules spécifiques destinés à créer cohésion et synergie entre les élus participants.
 

Le diagnostic des besoins, préalable indispensable à la définition de l’offre de formation

La conception d’un dispositif de formation doit s’adosser à un diagnostic des besoins et des priorités propres aux individus et aux organisations. Ce diagnostic doit prendre en compte la mise en correspondance des profils des élus avec les missions que l’organisation souhaite leur confier et les situations d’exercice de ces missions.


Pour réaliser un diagnostic et déterminer avec l’organisation les parcours pédagogiques, l’Institut Supérieur des Métiers met un expert à disposition des demandeurs. Celui-ci contribue à l’établissement d’un cahier des charges permettant de déterminer les programmes, les fréquences et les intensités des modules qui le composent. L’analyse de certaines missions spécialisées peut déboucher le cas échéant sur des offres de suivi spécifique destinées à une seule personne ou à un groupe très restreint.


Lorsque le diagnostic des besoins est réalisé, les recommandations en matière de conception des parcours personnels et collectifs permettent de déterminer un dispositif propre à l’organisation prenant pleinement en compte ses priorités et ses stratégies professionnelles et politiques.


Principes de base d’un diagnostic des besoins de formation des élus

Un dispositif de préparation et de perfectionnement des élus à leurs missions doit d’abord tenir compte des contraintes de temps que connaissent les chefs d’entreprise ayant un engagement syndical ou consulaire parallèlement à leurs activités professionnelles. Il convient donc de concevoir des dispositifs permettant d’offrir les bons contenus aux bonnes personnes, au bon moment.


Les programmes de formations sont donc conçus de façon à déterminer des parcours individualisés en fonction de trois critères :

  • le profil de l’élu,
  • les missions qui lui sont confiées,
  • les situations et instances dans lesquelles il va exercer ses missions.


Définition du profil de l’élu

Quatre profils types sont distingués et utilisés afin de définir, à un moment donné, les besoins de l'élu en matière de formation ou de perfectionnement, ou bien de déterminer, à partir d'un « plan de carrière », le cursus d'une formation évolutive.


1. Premier profil

  • L'adhérent militant d'une organisation professionnelle se voit confier de premières responsabilités. L'artisan est élu pour un premier mandat d'administrateur de Chambre de Métiers.
  • La formation l'informe sur les structures et leur fonctionnement.

2. Deuxième profil

  • L'artisan est officiellement chargé de représenter l'organisation professionnelle ou la Chambre de Métiers.
  • La formation l'aide à participer aux réunions et à y intervenir.

3. Troisième profil

  • L'artisan a un rôle d'élu animateur et décideur : membres de Bureau, de groupes de travail, etc.
  • La formation lui apporte des compétences en animation et des entraînements aux situations.

4. Quatrième profil

  • L'artisan assume une responsabilité majeure dans la structure.
  • Des séminaires enrichissent ses réflexions et des suivis personnalisés lui sont proposés.


Définition des missions de l’élu

Deux grands types de missions sont distingués :


1. Missions internes aux structures

  • Commissions, groupes de travail, Bureau, Conseil d'Administration, Assemblée Générale…
  • Contacts avec les artisans dans le cadre de réunions ou de rencontres.
  • La formation aide les participants à bien connaître le fonctionnement des structures et à communiquer en interne.


2. Missions extérieures

  • C'est la représentation de la structure auprès des partenaires pour mieux faire connaître et reconnaître l'Artisanat, présenter les positions et points de vue du secteur, faire des propositions d'actions ou d'interventions, etc.
  • La formation aide les participants à présenter avec clarté les arguments et propositions des structures lors de réunions.


Définition des modalités de la formation en fonction du lieu d’exercice de la mission

En fonction des profils des élus, des missions et des situations, la formation et le perfectionnement peuvent faire l'objet d'un traitement selon trois modalités :


1. La formation personnelle

Formation de l'individu dans un domaine de connaissances ou de compétences. C'est la progression individuelle qui est visée afin de préparer l'élu à sa fonction et de l'aider tout au long de sa « carrière » syndicale ou consulaire.


2. La formation collective au sein de la structure

  • Elle s'inscrit dans une démarche générale de progression ou de changement,
  • Elle favorise la cohésion des équipes.

C'est le meilleur fonctionnement des structures qui est visé en aidant ses membres à mieux travailler ensemble.


3. Le suivi individualisé

  • Il accompagne le groupe d'élus (ou l'élu) dans la mise en pratique des acquis.
  • Il vient en complément des formations et constitue un entraînement en situation réelle.