Le diplôme de plus en plus nécessaire pour accéder à un emploi stable mais de moins en moins rémunérateur pour les diplômés Bac+5. L’ étude du CEREQ sur le parcours des jeunes entrés sur le marché du travail en 2010 (pendant la précédente crise) montre sans surprise que cette génération a été exposée au chômage plus longtemps. Les jeunes ont également été deux fois plus nombreux à avoir repris des études ou une formation longue.

L’étude du CEREQ pointe également la baisse de la progression salariale pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur (Bac+3 et sup). Le niveau de salaire net en euros constants progresse en revanche pour les diplômés de niveau CAP ou BAC, en raison notamment de la revalorisation du salaire minimum.- La part de jeunes accédant à un emploi en CDI dans les 7 ans est en baisse. La stabilité du CDI paraît d’ailleurs de plus en plus inaccessible pour les non-diplômés dont l’insertion dans l’emploi s’est fortement dégradée.

Pour en savoir plus sur l’étude : CEREQ, Bref 382, 2019

À lire sur le même thème

Rechercher